Description

Action d'organiser et de s'organiser et résultat de cette action : la définition des dictionnaires rappelle en peu de mots la richesse... et l'intelligible complexité de ce concept formé par la médecine du XVe siècle pour rendre compte de l'activité multiforme de ce "système d'organes" qu'est un système vivant. Depuis le mot s'est déployé dans toutes les disciplines, se stabilisant parfois pour ne désigner que "la chose organisée", (la structure, ou l'ensemble structuré d'une machine ou d'une institution sociale).

Mais il apparaissait vite que l'organisé, s'il se "désorganisait" souvent lorsqu'on n'y prenait pas garde, était aussi "organisant" et même "s'organisant" : l'idée d'auto-organisation était déjà dans les premiers usages du mot, en particulier au début du XIXe siècle, avant que les théories de "l'organisation dite scientifique du travail" (OST) ne semblent la pétrifier au début du XXe : l'essor de la cybernétique puis de la systémique allait redonner à l'usage du concept d'organisation la vigueur et la complexité qu'on lui connaît aujourd'hui. "Quelle est cette énigme dans cet univers de catastrophes, de turbulences, de dispersion, et qui apparaît dans la catastrophe, la turbulence, la dispersion ? L'Organisation ”. (E. Morin, 1977)

La définition synthétique la plus complète dont nous disposions aujourd'hui est celle formulée par E. Morin dans "La Méthode" :

Propriété d'un système capable à la fois de maintenir et de se maintenir, et de relier et de se relier, et de produire et de se produire.

Définition fonctionnelle et systémique, qui permet d'échapper aux descriptions de la "structure" présumée invariante et quasi indépendante de l'activité du système, que privilégiaient les définitions analytiques ou anatomiques classiques ; définition qui incite à considérer les structures dans leur permanente genèse, ainsi qu'y invitait J. Piaget ; définition qui permet aussi de rendre compte de la dualité de cette "génétique organisationnelle" : l'organisation est conjonction de "différenciation" (en composants fonctionnels spécifiques) et de "coordination" (ou d'"intégration"), construisant son "identité-intégrité" dans cette conjonction. "L'organisation, la chose organisée, le produit de cette organisation et l'organisant sont inséparable". P. Valéry (1920).

Les représentations de l'organisation seraient donc toujours des "coupes" à l'instant t, dans une histoire dont l'organisation peut souvent garder mémoire : les réseaux articulés des processeurs en interrelation par lesquels on la représente commodément devant s'entendre dans cette "chronique".

 

Catégorie(s)