Description


Ce qui est en jeu, c'est le contexte, c'est à dire ce sur et dans quoi on agit et ce qui évolue souvent imprévisiblement.

L'enjeu est la perception des finalités du projet qui émerge et se reforme dans les interactions des projets individuels ou collectifs, implicites et explicites.

Nos perceptions des contextes et des projets s'entrelacent et ne cessent de se transformer. C’est dans ce tissage que se forme, chemin faisant, la conscience de la dignité de l’action collective à la fois responsabilisante et solidarisante.




En commençant cet exposé, nous rappelions les mots de G Bachelard (1934) : « Un discours sur la méthode sera toujours un discours de circonstance » alors qu’il nous invitait à développer pour notre temps « une épistémologie non cartésienne ».

Comment se fait-il que 80 ans plus tard, l’empreinte des quatre préceptes du Discours cartésien soit encore aussi prégnante dans nos cultures contemporaines ? Peut-être parce que nous n’avions pas assez pris conscience de cette prégnance.


Nous n’avons pas encore été assez attentifs aux discours de ceux qui nous rappellent que nous avons désormais à « affronter les conséquences de l’invasion de la technoscience sur la démocratie, sur la vie quotidienne et enfin sur la pensée. Nous avons à réapprendre à voir, à concevoir, à penser, à agir. Nous ne connaissons pas le chemin, mais nous savons que le chemin se fait dans la marche. … »[1]


Ré-apprendre ensemble, chemin faisant, à voir, à concevoir, à penser, à agir à la fois, sans jamais les séparer lorsque nous les distinguons, puisque chaque verbe interagit sans cesse avec tous les autres.


N’est-ce pas l’explicitation du projet alternatif de « l’Agir↔Penser en Complexité » qui nous légitime aujourd’hui ? Nous savons que ce projet est possible puisque nous le vivons en tentant de transformer toutes nos expériences dans l’action collective en ‘science avec conscience’. Il est au cœur de l’aventure des sociétés humaines sur notre petite Planète ; il s’argumente, il s’illustre, il se sait en permanente transformation. Mais par sa seule affirmation, il exprime cette volonté intérieure de dignité humaine, qui est aussi dignité citoyenne, cette conscience d’un vouloir vivre ensemble, à la fois responsable et solidaire.


Ne pas nous résigner, « En cela consiste notre dignité : travailler à bien penser ».

_..._


[1] E. Morin, « Un nouveau commencement », 1991, éd. du Seuil, p.9.

Catégorie(s)