A propos...

Ce site est pour le moment réservé aux inscrits à la liste de diffusion http://groups.google.fr/group/complexite, c'est à dire aux personnes impliquées dans le processus de création/validation du module. Nous contacter si vous n'êtes pas inscrit.

Il sert à écrire collectivement le module de formation "Agir <-> Penser en Complexité". La page "Mode d'emploi" en décrit le fonctionnement. Les informations sur le module ainsi que nos échanges via la liste de diffusion passent toujours via http://groups.google.fr/group/complexite.

Introduction du module "Agir <-> Penser en Complexité"

La construction d’un Module de Formation citoyenne passe par la conception d’un échafaudage initialement visible, permettant à tous les contributeurs et aux futurs animateurs de formation de disposer d’une vue d’ensemble  pour contextualiser leurs intervention.

Nos échanges précédents ont permis d’établir ce cadre en partant des questionnements que rencontrent aujourd’hui bien des responsables d’actions collectives en général et plus particulièrement dans l’immédiat, des ‘leaders sociaux’ concernés par les projets de l’Université Internationale Terre Citoyenne. Responsables qui ont conscience des effets pervers de l’application des méthodes d’action simplificatrices dans des situations d’action collective qu’ils perçoivent complexes (irréductibles à des schémas simples)

Si il n’existe pas encore à ce jour de programme pédagogique de Formation Citoyenne consacré au domaine général de ‘l’Agir «Penser en Complexité’ (qu’Edgar Morin formule ainsi : La façon d’agir complexe développe la façon de penser complexe), nous disposons en revanche d’une solide ‘base d’appui culturelle’ que l’on présente désormais par le terme forgé également par Edgar Morin : le Paradigme de la Complexité Générale

Sur cette base, nous pouvons nous proposer un schéma directeur entrelaçant l’expérience pragmatique et la réflexion épistémologique des responsables d’action citoyenne et des chercheurs qui se sont attachés à transformer ces expériences en connaissances, c'est-à-dire en science avec conscience.

Ce schéma directeur s s’articule autour de la présentation des trois actions fondamentales –‘les trois Arches’ - de l’Agir<->Penser en complexité, à savoir : représenter intentionnellement la situation dans laquelle on intervient ; raisonner intelligiblement sur des modèles afin d’élaborer des moyens d’actions possibles pour  atteindre les résultats espérés ; organiser intentionnellement l’action collective et la réorganiser continuellement dans ses contextes évoluant. Ces trois actions s’articulent aussi au cœur-même du déroulement de l’action, pour adapter et en s’adaptant à ce déroulement.

►Arche Représenter-Modéliser :           Agir<->Penser en complexité c’est (se) représenter intentionnellement la situation ou le contexte dans lequel on intervient. Cette représentation est rarement réductible à un modèle simplifié voir simpliste (‘trivialisant’) qu’il suffira d’appliquer : les ‘données du problème’ sont rarement données ; il faut souvent les construire ou les reconstruire intentionnellement en ayant conscience qu’elles n’épuisent pas la description du phénomène : d’autres observateurs, ayant d’autres points de vue,  établissent d’autres modèles. Les principes de la modélisation systémique et les trois principes de récursivité, de dialogique et d’hologramorphie formulés par E Morin sont ici des ‘pense intelligent’ fort bienvenus pour le modélisateur. On peut sur ces bases aider chaque responsable à se construire dans l’action des modèles ouverts de ces situations, autrement dit à établir son ‘intelligence de la situation’.

 

Arche Raisonner-Délibérer :            Agir<->Penser en complexité c’est aussi raisonner intelligiblement, (en général par simulation) sur des modèles pour élaborer des modes et des moyens d’actions possibles destinés à atteindre les résultats espérés. C’est ainsi s’exercer à ‘déployer l’éventail de la rationalité ‘. Ne plus se contraindre au seul mode de raisonnement déductif, linéaire (‘la longue chaine linéaire de raison toute simple’, cause-effet, mono critère) et s’exercer consciemment aux multiples formes de raisonnements transductifs (abductifs, retroductifs, inductifs) ou plausibles, en général multicritères : Raisonnements ouverts, d’argumentation fonctionnelle, et non plus exclusivement raisonnements fermés de démonstration formelle. De façon familière, raisonner en complexité, c’est ‘exercer son ingéniosité’, (son ‘ingenium’), en recherchant des solutions tenues pour possibles sans que l’on puisse être absolument certain qu’elles s’avéreront satisfaisantes. Le principe d’Ecologie de l’Action constitue ici un précieux garde fou pour ‘le bon usage de la raison dans les affaires humaines’

Arche Organiser l'action collective : Agir<->Penser en complexité, c’est enfin  organiser intentionnellement l’action collective et la réorganiser continuellement dans ses contextes évoluant: Il faut ici abandonner les métaphores familières de la Structure (invariante, comme un squelette, qu’elle soit de type mécaniciste, cartographique ou anatomique), souvent représentée par ‘l’organigramme’ (en général explicitement hiérarchique, en arbre ou en râteau). Entendue dans sa complexité, l’Organisation est intelligible comme et par des Interactions évolutives ‘entre Ordre et Désordre’. Le paradigme de l’Auto - Eco - Ré Organisation, développé initialement par E. Morin, va ici s’avérer un support de compréhension dans l’action des comportements observés et espéré des ‘groupe sociaux organisés et par là (s’) organisant’ au sein desquels s‘exerce l’activité physique et informationnelle des acteurs : « l'organisation, la chose organisée, le produit de cette organisation, et l’organisant sont  inséparables. ».

Les multiples expériences d’ingénierie et de gouvernance des organisations sociales de tous types vont ici être renouvelées : « L’intelligence organise le monde … en s’organisant elle-même ». L’organisation ne se définit plus par ce qu’elle est, mis parce qu’elle fait et ce qu’elle devient. Ainsi peut s’enrichir notre entendement du « faire ensemble », qui n’exige plus la division du travail et qui proscrit la séparation du faire et du comprendre comme la désarticulation de l’agir et du penser.

S’exercer à transformer l’expérience de l’action organisationnelle (Pragmatique) en Science (Epistémique) avec Conscience (Ethique civilisatrice, responsable et solidaires,) n’est-ce pas l’enjeu des programmes de formation citoyenne ?  (version fin aout 2010).